Kisangani asbl

Damien Nollet

août 2006

[Nederlands] [français]

Ecrire quelque chose à propos d’un ami qui est décédé est presque impossible.

Avec une description on le fait toujours du tort. Comment peut-on en quelques mots interpréter la chaleur de l’amitié de Erik ?

Comment traduire en phrases la façon de vivre de Erik, sa façon de parler, son humour, sa tristesse, son silence, son enthousiasme ?

Comment mettre sur papier ce que représentaient ces relations avec une centaine de personnes, pour lui-même et pour eux tous ? Je peux dire une chose avec certitude : cela ne dépendait pas de votre fonction, de votre état, de votre porte-monnaie ou de votre signification pour autrui.

C’est cela en effet qu’est l’essence de la condition humaine : signifier quelque chose pour un autre ; élever sa condition humaine ; c’est ce que faisait Erik. Peut-être que nous pouvons le considérer comme la personnalisation du "prochain".

D’où avait-t-il cela ? Je n’en sais rien. Peut-être que Magda ou Florentine chargeaient ses batteries et l’inspiraient, ou peut-être sa foi dans l’exemple du père Damien, ou encore sa foi dans l’homme tout court ?

Il était rare qu’une boutade cordiale manquait son but, lorsqu’il voulait encourager quelqu’un. N’était-il pas "l’amour du prochain" personnalisé, la preuve vivante que l’humanité pourrait encore prendre la bonne direction ?

La manière avec laquelle il fréquentait les lépreux et aussi les nombreux stagiaires qui passaient chez lui, le caractérise totalement. Il faisait tout avec un grand cœur, avec sollicitude et précaution, et toujours avec beaucoup d’humour.

Il était humble et restait lui-même, même s’il connaissait très bien son affaire. La serviette dans son coup n’était pas là pour camoufler son "dikke nek" mais pour recueillir la sueur qu’il transpirait pour les autres.

Si l’on pouvait peser "l’ardeur et l’amour pour le prochain" de quelqu’un, la balance d’Erik trébucherait sûrement. Cela dit tout, pour nous Erik était une sorte de Damien du 20ième siècle.

Quelque chose est faux dans ce qui précède : tout est placé dans le passé. En réalité ce n’est pas exact. Son esprit, sa conscience, détaché maintenant du temps et de l’espace, c’est libéré pour développer toutes ces belles propriétés sans limite dans l’esprit des autres.

Cher Erik, porte-toi bien. Continue à nous soutenir, car nous en avons besoin.